D’ingénieuses notations permettent au compositeur de faire répéter la musique sans avoir à tout réécrire. Détaillons-les !

Définition

Les barres de reprise encadrent les mesures à répéter. Elles sont aisément reconnaissables grâce à l’épaisseur de la double barre et aux deux points entre la ligne du milieu de la portée. Le sens d’orientation de ces points, à gauche ou à droite de la double barre, indique quelle partie de la musique est concernée. Les barres de reprise peuvent être couplées à un crochet au-dessus de la portée avec les chiffres 1, 2 ou 3. La mesure désignée par le crochet 1 est donc à jouer lors de la « première fois », et celle avec le crochet 2 lors de la « deuxième fois ». Enfin, notez qu’une barre de reprise n’est pas une barre de mesure et peut donc se retrouver au milieu d’une mesure, très courant dans les mesures à trois temps.

Aux barres de reprise s’ajoutent des abréviations en italien : le Da Capo, D.C., qui signifie « au début », donc nous recommençons au début du morceau et le Dal Segno, D.S., qui signifie « au signe », nous recommençons à partir du symbole . Ces deux signes peuvent s’accompagner de l’expression « Al Fine », indiquant qu’il faudra s’arrêter au mot « fine », ou de l’expression « Al Coda », indiquant qu’il faudra s’arrêter au cercle avec une croix pour continuer à partir du même symbole, généralement à la fin du morceau.

Exercice 1

Voici, ci-dessus, l’Hymne à la joie. Réécrivez-le sur la portée vide pour qu’il ne dure que 9 mesures au lieu de 16 en utilisant les signes de reprise. Un indice : par tradition, nous ne refaisons pas les répétitions après un Da Capo.

Exercice 2

Petite surprise : voici un morceau très connu que je vous invite à jouer lentement car sa graphie est volontairement complexe. Attention à bien suivre le parcours des signes de reprise. Et ça peut servir de joli cadeau !