Niveau supérieur

Tonalité Sol bémol majeur, avec 6 bémols à la clé
Mesure À 4 blanches, mesure inhabituelle. Balancez-la comme c’est indiqué  !
Tempo Andante : allant
Style Romantique, très profond et expressif
Technique Réaliser deux plans sonores dans une même main. Contrôler l’accompagnement. Jongler mentalement avec les tonalités

Il est difficile d’évoquer avec des mots un tel chef-d’œuvre de musique ! Notre humble tâche d’artisan du piano consiste à comprendre mais aussi à pouvoir décrire le morceau en s’effaçant derrière lui. À ce niveau, il faudrait être capable de suivre le cheminement harmonique de Schubert, d’expliquer la manière dont il module, joue sur l’ambiguïté des modes majeur et mineur. Cela demanderait une longue analyse musicale, mais voici néanmoins quelques conseils pour l’aborder techniquement.

Plans sonores  : notre premier devoir est de faire entendre les plans sonores. Le chant, constitué de notes longues (rondes, blanches) doit surplomber l’ensemble de la texture harmonique. Or, au piano, les sons longs meurent d’eux-mêmes. Donc projetez vos notes longues en imaginant avec votre oreille intérieure quelle sera leur courbe sonore. Jouez-les assez fort pour qu’elles atteignent la note suivante. Visez au loin… (comme au bowling  !)

Technique : tendez votre 5e doigt et au contraire, relaxez votre partie interne de main. Dinu Lipatti parlait des «  ressources immenses que peut apporter l’indépendance dans la même main  ».

Accompagnement en sextolets de croches :

Guidez votre jeu sur la vitesse à laquelle vous êtes capable de jouer votre accompagnement sans trou et avec régularité. Écoutez-le en premier (même si, bien sûr, ce n’est pas l’accompagnement qui doit être au premier plan sonore !).

Veillez à la clarté d’émission de la note la plus aiguë de ce motif, le sol bémol. Il est confié au 4e doigt, ici le plus extérieur de la main. Résistez avec lui. Arrondissez-le un peu, il doit empêcher la main de flancher vers le 5e. Toute faiblesse du doigt extérieur engendre de l’inégalité des autres doigts. Donc, écoutez la note la plus aiguë.

Surveillez la note qui tombe sur le temps faible à l’accompagnement (2e temps et 4e temps). Contrôlez spécialement le bémol, sur le 2e temps, qui est joué par le 2e doigt. Pensez et sentez ce doigt, tendez-le.

Surveillez vos dernières notes d’accompagnement en sextolets. Ne les pressez pas. Efforcez-vous de bien les écouter et, au besoin, à titre d’exercice, ralentissez-les un peu. Versez votre poids de la main vers le pouce de la m. droite. Prenez en tout cas le temps de terminer vos parties secondaires. Vous gagnerez en sûreté, développerez le naturel de votre phrasé ainsi que vos respirations musicales.